Ils sont tous les deux nés en 1958. L’un est du 7 juin, l’autre du 29 août Deux légendes qui ont marqué une génération entière, celle des années 80. Une période durant laquelle les deux artistes se sont évités, sans jamais se quitter réellement. À croire que cette guerre d’égo nourrissait leur inspiration.

Michaël chante en famille depuis les débuts des années 70, triomphe en solo depuis 1979. Prince, lui, accède à la gloire en 1982 avec son album « 1999 », notamment grâce aux tubes « Little Red Corvette » et « Delicious ».

Pourtant quelques semaines plus tard, son succès s’effrite avec la sortie de « Thriller » de Michael Jackson. La plus grosse vente de disques de l’histoire.

Prince provocateur, Michael Jackson discret

L’année suivante, les deux icônes de la pop sont invitées sur scène par James Brown. Michael Jackson introduit le concert, suivi quelques minutes plus tard par un Prince déchaîné.

Ce jour-là, une lutte d’égo commence entre les deux hommes. Mais c’est surtout un Prince provocateur qui s’exprime en 2004 sur son « meilleur ennemi », comme il aime à le surnommer. « Ma voix monte plus haut, et moi je n’ai jamais fait refaire mon nez, ça, c’est l’autre mec », entonne-t-il dans l’album « Musicology ». MJ, lui, n’a jamais réagi aux provocations du Kid de Minneapolis.

En 1987, ils auraient pu collaborer sur le titre « Bad » de Michael Jackson. C’était un souhait des producteurs (dont Quincy Jones), mais Prince a refusé. Quelle en est la cause ? La première phrase du texte « You butt is mine » traduit par : « Ton c** est à moi » est désavouée par le guitariste. Ce dernier avait déjà décliné de chanter sur le projet « We are the World », deux ans auparavant.

Le 25 juin 2009 à la mort du King of Pop, Prince est  cependant profondément touché par cette disparition.

Il enterre la hache de guerre, définitivement en 2011 et 2012, avec un hommage de « Don’t stop Til You Get Enough » à deux reprises.